Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

4, rue des écuries 54000 Vandoeuvre-lès-Nancy

03 72 60 18 89

Le nucléaire, une énergie décarbonée et avec des inconvénients majeurs

Le nucléaire, la première source d’énergie primaire en France

La première source de production et de consommation d’énergie en France est le nucléaire qui représente environ 70,6% de l’énergie totale produite annuellement (en 2019). Les autres sources d’énergie sont ensuite : hydraulique (11,2%), thermique à flamme (7,9%), éolien (6,3%), solaire (2,2%) et bioénergie (1,8%). Afin de produire cette énergie nucléaire, 56 réacteurs sont répartis dans l’hexagone : 4 de 1450 MW, 20 de 1300 MW et 32 de 900 MW. Pour avoir une idée du ratio entre production et consommation, il faut savoir qu’un réacteur de 900 MW produit en moyenne 500 000 MWH par mois. Cela couvre les besoins énergétiques d’environ 400 000 foyers. Les différentes centrales françaises sont réparties sur le territoire de la manière suivante : Hauts-de-France (Gravelines, Palluel), Normandie (Flamanville, Penly), Grand-Est (Chooz, Cattenom, Nogent-sur-Seine), Centre-Val de Loire (Dampierre, Belleville-sur-Loire, Chinon, Saint-Laurent-des-Eaux), Auvergne-Rhône-Alpes (Bugey, Cruas, Saint-Alban, Tricastin), Nouvelle-Aquitaine (Blayais, Civaux) et Occitanie (Golfech). La Nouvelle-Aquitaine produit quant à elle 11%, les Hauts-de-France 9% et l’Occitanie 4,3%.

 

En 2019, 4 régions assuraient la production de 80% de l’énergie nucléaire française : Auvergne-Rhône-Alpes (22,4%), Grand Est (21,8%), Centre-Val de Loire (19,2%) et Normandie (17,6%).

 

En 2021, le nucléaire représente 70% des emplois directs cumulés de toutes les filières industrielles de production énergétique en France. En plus de 220 000 emplois direct et indirects, la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) comptabilise également 190 000 emplois dits induits. Ceux-ci participeraient à la vitalité des territoires, en particulier des zones rurales ou désindustrialisées.

Concernant la matière première nécessaire pour faire fonctionner les centrales nucléaires, l’uranium, la France s’alimente grâce à des importations. 52% de l’uranium importé provient de 3 pays appartenant chacun à un continent différent : Niger (24%), Canada (15%) et Kazakhstan (13%). Plusieurs autres pays fournissent l’autre moitié des importations parmi lesquels l’Australie à hauteur de 8%.

 

La problématique de la gestion des déchets ultimes et des réacteurs à l’arrêt

Les déchets radioactifs ultimes sont ceux qui ne peuvent pas être traités en l’état actuel des connaissances technologiques et des conditions économiques. Ils proviennent essentiellement des centrales nucléaires et des usines permettant la fabrication et le traitement du combustible nucléaire. Ils sont classifiés en fonction de leur niveau de radioactivité (en becquerels par gramme ou par kilogramme) et leur période radioactive (ou demi-vie), c’est-à-dire le temps nécessaire à la division par 2 de l’activité radioactive initiale. Selon le niveau de radioactivité et la nature des déchets, certains traitements leur sont appliqués : compactage, incinération, fusion et vitrification.

baril pour le nucléaire

La question du devenir des déchets ultimes, c’est-à-dire ceux ne peuvent plus être valorisés, est encore aujourd’hui non totalement tranchée.

Les déchets restants suite aux traitements sont conditionnés dans des emballages différents selon leur nature et les risques potentiels. Des conteneurs en acier inoxydable contiennent les 10% de déchets les plus radioactifs et sont entreposés à la Hague, dans l’usine Orano. Il est légalement prévu qu’ils soient transférés dans le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Ce centre devrait ouvrir en 2035 et prévoit des alvéoles creusées à 500 mètres sous terre pour y conserver les conteneurs. L’objectif du stockage profond est de protéger les hommes et l’environnement de ces déchets radioactifs (uniquement français) qui vont rester dangereux pendant plusieurs milliers d’années.

Il est important de savoir que la production nucléaire prévue par EDF en 2022 a été réduite car plusieurs réacteurs sont arrêtés et la durée initiale prévue pour cette interruption de fonctionnement devrait être prolongée. Les prévisions sont de 300 à 330 TWh au lieu de 330 à 360 TWh. Environ 20% de la capacité nucléaire française n’est plus disponible à cause de l’arrêt de 10 réacteurs sur 56 et parmi eux, 5 ont des problèmes de corrosion au niveau du système de sécurité.

Les réacteurs concernés sont les 4 de Chooz (n°1 et n°2) et de Civaux (n°1 et n°2) ainsi qu’un des réacteurs de Penly (n°1). Ces 5 équipements présentent le même problème de corrosion sous contrainte. La difficulté est de savoir si d’autres réacteurs français sont concernés par ce problème. Pour cela, Energis est en train de vérifier les enregistrements de contrôle réalisés sur les réacteurs. Afin de compenser ces arrêts de centrales nucléaires, même s’ils sont temporaires, il existe des solutions de plusieurs types.

Tout d’abord, la production française d’énergie est supérieure à sa consommation, ce qui explique pourquoi la France est un des premiers pays exportateurs d’énergie en Europe. Cependant, les différents arrêts de réacteurs nucléaires amènent mécaniquement une réduction de la quantité d’énergie à exporter. Ensuite, de nouvelles sources de production d’énergie sont prévues d’ici 2025. Selon le Réseau de transport d’électricité (RTE), les énergies renouvelables devraient alors représenter 30% de la production (soit une hausse de 10% par rapport à 2019).

Cette augmentation sera principalement due au développement de l’éolien terrestre et maritime ainsi qu’au triplement du parc photovoltaïque. Une autre nouvelle source d’énergie est la centrale à gaz de Landivisiau, mise en service au printemps 2022. Enfin, l’EPR (European pressurized reactor/Evolutionary power reactor) de Flamanville devrait entrer en service en 2023 selon EDF, après un démarrage de chantier en 2007. Initialement prévu pour 5 ans et un coût de 3,3 milliard d’euros, le projet devrait donc s’achever en 15 ans et revenir à 19 milliards d’euros.

 

Si le nucléaire reste à ce jour une source d’énergie incontournable les problèmes de maintenance et déchets restent permanents et doivent être considérés pour les centaines de milliers d’années qui arrivent.

Or c’est aujourd’hui que la nécessité d’agir devient plus qu’urgent. Augmenter la production des énergies renouvelables est possible, même pour un particulier.

C’est aujourd’hui qu’il nous reste des possibilités de renverser la vapeur sans perdre la qualité de vie que l’énergie nous procure. 

Ces articles peuvent vous intéresser

Le comptage d’énergie : ses grands principes et son fonctionnement

Le comptage d’énergie : ses grands principes et son fonctionnement

Le comptage d’énergie, comment le mettre en place peut vous donner un atout ? Comment cela fonctionne vraiment ?   Le comptage d'énergie est réalisé en relevant et en mesurant de manière précise les données indiquées par des compteurs électriques posés sur les...

Les ODD, des objectifs mondiaux que nous déclinons localement

Les ODD, des objectifs mondiaux que nous déclinons localement

Les ODD (Objectifs de développement durable) sont des objectifs mondiaux que 193 dirigeants se sont engagés à atteindre pendant la période 2015-2030. Ces objectifs s’inscrivent dans un programme de développement dont le but est de porter assistance prioritairement aux...

L’hydrogène vert, est-ce une solution d’avenir ?

L’hydrogène vert, est-ce une solution d’avenir ?

L’hydrogène, une molécule de toutes les couleurs L’hydrogène (H) est le plus souvent présent sous sa forme diatomique (H2) mais peut aussi exister, à haute température, en atomes seuls. Le dihydrogène est un gaz transparent quand les conditions de température et de...

Comment investir de façon durable dans les énergies renouvelables ?

Comment investir de façon durable dans les énergies renouvelables ?

Qui sont les principaux acteurs et labels de la finance durable ? La première étape de l’approche est une meilleure connaissance des acteurs en place. De nombreuses institutions du secteur de la finance disent vouloir s’engager dans des projets « verts ». Leurs plans...

Vous avez un projet, une question ? Laissez-nous un messsage

Politique de confidentialité

2 + 14 =

Share This